Vermeille's blog

Resume && contactProjetsC++BullshitLanguage TheoryArtificial Intelligence¬LinkedIn

Wyplay

logo-wyplay.jpgJ'ai fait mon stage chez Wyplay, The TV OS Provider, l'entreprise qui fabrique les petites boîtes pour votre télé.
J'ai été présenté à l'équipe ADK, des pythonneux en charge de la GUI.
On m'a accueilli comme un roi : bureau de ministre, avec un beau dual screen, ordi tout prêt, OS tout neuf (une Ubuntu, certes, mais pourquoi pas) avec mon compte déjà créé, mon adresse email interne déjà existante également.
La boîte a une ambiance sympathique : pas de pression sur les horaires (qui sont même plutôt flexibles), visiblement pas de pression excessive, et une bonne ambiance globale.
Côté technique, c'est plus louche : on travaille sur pas moins de 3 versions de Linux différentes : une Ubuntu sur l'ordi de bureau (parce que c'est easy et user-friendly) avec un chroot Gentoo (pour les facilités de cross compilation), et je sais pas trop quoi sur la board, mais un truc très minimaliste. La partie middleware et système se font évidemment en C/C++ (pas de C++11 par contre, c'est dommage), le reste étant en Python.
J'étais sur la partie Python. Bon, mis à part que j'en ai pas mal chié à cause de Python en lui-même (vraiment, j'aime pas les langages dynamiques), c'était quand même intéressant de tenter de m'immiscer dans un code qui n'était pas le mien, chose que je n'ai jamais faite.
Bref, j'étais en stage à Wyplay.

Bienvenue !

Bienvenue sur Vermeille.fr,

Un site personnel d'un Epitéen de la promo 2015, actuellement en deuxième année.

Ce blog se veut être à double vocation :

  • La première, c'est le partage de certaines de mes activités que je juge intéressantes à exposer.
  • La seconde, c'est d'être une « vitrine » professionnelle pour faciliter les recherches de stages par exemple, et être présent sur le web.
Cependant, je doute en rester là, et quelques digressions sont à prévoir.
En attendant, je vous propose mon cv. C'est le premier, et il est un peu maladroit, alors soyez indulgents !

Bonne errance ici,
Vermeille